Bacon Project

Bacon Project que vous connaissez peut-être déjà ? Il ne se joue ni plus ni moins qu’avec un jeu de 54 cartes (52 cartes + 2 jokers) et les règles sont disponibles depuis de nombreux mois sur le site de l’éditeur. Alors pourquoi en parler ? Pour deux bonnes raisons : d’abord, pour vous expliquer de quoi il s’agit et vous proposez de le tester chez vous et surtout car une version physique est arrivée en boutique, distribuée uniquement chez Qui Commence.fr, et ca c’est quand même sympa !

Bacon Project c’est quoi ? C’est un jeu d’affrontement pour 2 joueurs à base de cartes. Vous allez devoir tout simplement mettre à mort votre adversaire. Dans le spin-off, chaque joueur incarne un prisonnier d’une tristement célèbre prison de Gorudo City : Bacon Project. Pour échapper à la peine de mort, vous devez battre un autre prisonnier dans un combat à … mort ! L’un des deux n’en rechapera pas ! Bacon Project se joue en tour par tour; les joueurs vont utiliser leurs cartes pour attaquer, se défendre et monter en niveau. Mais tout ne sera pas aussi simple et la clé du succès résidera dans une fine gestion de ses ressources.

Bacon Project

Bacon Project, une mise à mort

Chaque joueur commence la partie en sélectionnant un profil de héros (soit sur le site de l’éditeur, soit directement dans la version physique). Ce choix orientera déjà votre jeu, chaque personnage ayant ses propres capacités. A noter, la bonne idée de l’éditeur d’avoir classé les personnages en 3 catégories : facile / moyen et difficile. Ce classement est déterminé par la simplicité de prise en main. Pour une première partie, essayez plutôt un personnage facile et attendez quelques parties avant de vous confronter avec un personnage moyen ou difficile.

Bacon Project

Ensuite, il suffit d’un jeu de 52 cartes et 2 jokers, ou la version physique. Seuls les numéros serviront, oubliez les couleurs et les symboles (cœur, pique, carré ou trèfle). Chaque joueur commence avec 6 cartes en main tirées au hasard une carte As posée dans sa zone de réserve, chaque joueur ayant 2 zones devant lui : une zone de cast et une zone de reserve (on y reviendra).

Ensuite le tour de chaque joueur se déroule toujours de manière identique :

  • Phase de pioche
  • Phase principale
  • Phase d’activation
  • Phase de fin

a) Phase de Pioche

Pour le premier tour, les joueurs piochent 4 cartes et en sélectionne une, les autres étant défaussées. Cela permet de minimiser le hasard de la pioche en début de partie avec pas moins de 10 cartes tirées (6 de départ + 4 au 1er tour, dont 3 défaussées). Pour les tours suivants, le joueur actif pioche uniquement une seule carte et les cartes dans sa zone de cast sont défaussées.

Bacon Project
Mise en place d’une partie de Bacon Project

b) Phase principale

Lors de cette phase, la plus stratégique, le joueur à 3 choix possibles :

  • jouer une ou des cartes dans sa zone de cast
  • jouer une ou des cartes dans sa réserve
  • défausser des cartes (valets, dames ou rois)

La zone de cast : cette zone permet de placer les capacités qui seront activées lors de la phase suivante. C’est une zone de préparation. Mais attention, la première carte déposée ne doit pas dépasser le niveau de votre personnage. Par exemple, en début de partie avec Raven Grey de niveau 3, vous ne pouvez jouer que des capacités de niveau 2 ou 3.

Ensuite, il est possible de poser 2 cartes supplémentaires, du moment qu’elles se suivent, même si vous dépassez votre niveau. Par exemple, après votre carte de niveau 3, vous pouvez poser un 2 et un 4 ou même un 4 et un 5, tout en étant de niveau 3. Mais impossible de placer un carte de valeur 8 (elle ne suit pas la suite numérique).

Enfin, si vous avez réussi à placer au moins 2 cartes supplémentaires (une combinaison), vous pouvez jouer un As qui permettra de déclencher la capacité ultime de votre personnage, une sorte de super attaque !

La réserve : C’est une zone essentielle ! C’est à la fois votre niveau et vos points de vie ! Pour monter de niveau, il suffit de mettre une carte de valeur directement supérieure à votre niveau. Par exemple, toujours avec notre Raven Grey de niveau 3 en début de partie, déposer une carte de valeur 4 permet de progresser d’un niveau. Vous pouvez continuer avec un 5, un 6, ….  La première carte posée à chaque tour dans votre réserve vous permet de piocher une carte. Les suivantes vous feront diminuer votre main disponible…

Mais, pour ne pas être bloqué par une carte qui manque dans votre suite, vous pouvez opter pour une montée de niveau « instable ». Pour cela, il suffit de défausser une tête (valet, dame ou roi). Chaque carte défaussée permet de monter d’un niveau pour le tour.

Les deux méthodes de montée de niveau sont cumulables, dans la limite de 3 cartes par tour. Impossible de monter de 6 niveaux en un seul tour grâce à une suite fulgurante. Mais vous pouvez, avec Raven Grey de niveau 3, poser une carte de valeur 4, puis défausser un valet et ensuite poser une carte de niveau 6.

Il est tout à fait possible, aussi, de sacrifier la dernière carte posée dans votre réserve pour la préparer dans la zone de cast. Le sacrifice d’un niveau pour préparer une capacité. Dur dilemme !

Défausser des têtes (cartes spéciales): Vous pouvez enfin défausser une tête (valet, dame ou roi) pour déclencher son effet unique (pioche supplémentaire, révéler les cartes de la pioche, récupérer des cartes de la défausse, ….).

Enfin, le joker est un … joker ! Il compte comme une carte normale et peut être joué pour n’importe quelle valeur, en l’annonçant au moment de sa pose. Un bon palliatif pour combler une suite numérique !

Bacon Project

c) Phase d’activation

Une fois toutes les cartes jouées, le joueur va pouvoir les activer. Il existe soit des capacités de défenses, qui permettent de prévenir les attaques de l’adversaire en piochant des cartes en main, soit depuis la défausse soit depuis la pile de pioche, et des capacités d’attaques pour infliger des dégâts à votre adversaire.

Après avoir pioché ses cartes des capacités de défense, le joueur détermine son attaque. S’il a joué plusieurs cartes d’attaques, celles-ci s’additionnent pour faire une seule attaque très puissante. L’adversaire subit une attaque du niveau déterminé moins son niveau de personnage et la valeur de la plus forte carte dans sa zone de cast. Pour un personnage, de niveau 5 et une carte de valeur 4 préparée dans sa zone de cast, subissant une attaque de valeur 20, il doit se défendre à hauteur de 11 points. Il doit défausser des cartes de sa main ou de sa réserve (en les prenant par en dessous, donc en commençant par la carte As posée lors de la mise en place, d’une valeur de 14 points) à hauteur de la valeur restante (ici 11 dans notre exemple). Dès qu’un joueur retire la dernière carte de sa réserve, il perd la partie !

Bacon Project
Exemple de capacités disponibles pour un héros

d) Phase de fin

Si l’adversaire n’a pas été vaincu, la partie continue. Le joueur pioche une carte en fin de tour s’il a lancé un combo. Si la pioche est vide, elle est reconstituée avec la défausse mais les joueurs perdent une carte de leur zone de ressource (en commençant toujours par la carte la plus en-dessous).

L’avis du Meeple Reporter

Bacon Project est simple et efficace ! Une fois les premiers tours joués, pour bien assimiler le déroulement et les effets de chaque zone, les tours s’enchaînent et les calculs aussi ! La stratégie va résider dans la bonne gestion de sa réserve, pour à la fois avoir assez de cartes pour se défendre, tout en montant au niveau adapté pour attaquer ou se défendre, et en gardant une main conséquente.

Les cartes de la réserve, qui vont forcement s’en aller par le dessous (soit en fin de pioche ou pour se défendre), vont créer une tension chez les joueur ; une retranscription de la fatigue du combat et d’une défense de moins en moins efficace.

Le jeu étant complètement disponible et entièrement sur le site de l’éditeur, une découverte rapide avec un jeu de cartes, permet de se faire rapidement une idée et d’y jouer si le cœur vous en dit. Mais alors pourquoi acheter la version physique ? Pour deux raisons :

  • soutenir des nouveaux créateurs qui se lancent dans l’aventure, la raison la plus philanthropique.
  • la version physique offre un petit confort supplémentaire avec un rappel des effets des cartes spéciales directement sur les cartes. Un petit plus qui n’est pas anecdotique pour une plus grande fluidité. Au simple coup d’œil, tout revient en mémoire !

Et puis avoir un jeu avec la patte artistique souhaitée par les auteurs, ça n’a pas de prix ! En plus les illustrations sont tops !

L’auteur, Jan Pieere Kos, a réussi, avec un simple jeu de 54 cartes, à créer un véritable jeu d’affrontement rapide et stratégique, où il faudra sans cesse choisir sur la meilleure utilisation de sa carte : lancer des capacités, monter de niveau et ses points de vie, utiliser un effet spécial. A vous de choisir ! La variété des personnages et des effets des capacités assurent une grande re-jouabilité et de nombreuses façons de jouer. Il existe pas moins d’une dizaine d’effets différents comme « copier » pour copier une capacité en jeu, qu’elle soit contrôlée par vous ou votre adversaire,  « flash » qui peut être joué hors de votre tour ou des cartes pour ignorer la défense de votre adversaire !

En revanche, il est dommage que la version vendue le soit dans une aussi « grosse » boîte. Bacon Project est un jeu à emporter partout à sortir pendant une pause ou sur le coin d’une table. La boîte, malheureusement, ne s’y prête pas car trop volumineuse pour 54 cartes et quelques fiches de personnages. Une version plus petite ou avec un petit sac de transport aurait été un réel plus. De plus, les cartes viennent dans une petite pochette, bien pensée pour le rangement, mais toute tristounette … toute blanche. Une version avec le logo de Bacon Project aurait été parfait ! Enfin, bien qu’en français, les effets des cartes sont en anglais mais tout est traduit dans le livret de règles. Cela déstabilisera peut-être les moins anglophones mais rien d’insurmontables !

Allez jetez un œil sur le site de l’éditeur ne vous coûtera rien (à part du temps) et vous permettra de vous donner une 1ere idée de ce jeu à découvrir !

Fiche Technique

Nombre de joueurs : 2

Durée de partie : 30 minutes

Prix moyen constaté :  25 euros

Pour acheter Bacon Project, c’est chez Qui-Commence.fr !

Logo qui commence.fr
Qui commence.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.