Doggerland

Prévu pour … 2022 (oui je ne suis pas en retard pour une fois !) Doggerland est un jeu de placement d’ouvrier dans un univers préhistorique. Dans ce jeu, vous ferez tout pour laisser une trace pour les générations future et rendre votre clan immortel dans la mémoire de l’humanité !

Doggerland, un jeu de Laurent Guilbert et de Jérôme Daniel Snowrchoff, est une longue histoire ! Pas aussi longue que l’Histoire avec un grand « H » mais 5 ans déjà que ce projet à pointé le bout de son nez chez Laurent Guilbert. Il a depuis changé de nom, changé de visuels, changé de mécanique et il est programmé chez Super Meeple pour 2022 !

J’ai pu tester la bête avec les deux auteurs et Philippe Tapimoket (Super Meeple), mais avant de vous présenter cette aventure, explorons l’histoire … de Doggerland !

Important ! Tous les visuels dans cet article sont ceux du prototype et non de la version finale.

La naissance de Doggerland

Doggerland (avant « Samara » dans sa 1ere version prototype puis « La Vallée de Côa« ) est né en 2015 dans l’esprit brillant de Laurent Guilbert, pas un novice dans le monde ludique puisque créateur d’un café ludique (Ludibreak – Restaurant Ludique à Lille). Grand amateur de La Vallée des Mammouths (du bien connu Bruno Faidutti), il en voulait malgré tout plus.

Doggerland allez naître !

Sa rencontre avec Jérôme Daniel Snowrchoff (LudiNord, Game Flow, ….) allait être décisive. D’une idée de simulateur du paléolithique (selon les propres mots de Laurent Guilbert), Doggerland allait gagner en fluidité et optimisation, tout en conservant son objectif de simuler la gestion d’une tribu et de son évolution.

Les 1eres tuiles .... abandonnées car trop complexes !
Les 1eres tuiles …. abandonnées car trop complexes et pas assez visibles!

Passées les phases de tests, d’affinages, de re-tests et de changements, c’est en 2018 que Super Meeple est intéressé puis signe l’édition de Doggerland en 2019 ! Il reste donc la dernière ligne droite jusqu’à sa sortie en boutique prévue en 2022 : la mise en place définitive du projet !

L’aboutissement de Doggerland

La version testée n’est pas la version finale et des ajustements restent de mises. Gardez-le en mémoire tout au long de cette lecture !

Dans Doggerland, chaque joueur prend la tête d’une  tribu avec 1 chef, 1 shaman et 4 membres (ouvriers). Son objectif va être lors des manches de réaliser le maximum de Points de Victoire (PV) pour laisser son empreinte dans l’histoire. Les possibilités pour marquer des PV sont très nombreuses : agrandir son clan, construire des objets d’artisanats, peindre des fresques, ériger des lieux de cultes, …. L’ensemble de la partie se déroule sur un plateau composé de petites tuiles symbolisant des zones (clairière, zone de chasse, forêt, mine, …) chacune offrant des ressources à exploiter. La carte va s’agrandir au fur et à mesure, offrant un territoire modulaire qui changera à chaque partie.

Chaque joueur a son propre plateau clan, regroupant ses ressources et des capacités qu’il pourra faire évoluer. Il va falloir gérer tout cela et réussir à trouver la meilleure stratégie.

Le plateau de Doggerland
Le plateau de Doggerland en cours de partie. Chaque tuile offre des ressources à collecter. (VISUEL PROTOTYPE)

Doggerland se joue en 8 tours, identiques de 5 phases de jeu.

1/ Phase de Programmation d’actions

Chaque joueur commence avec 6 membres de clan (il pourra en obtenir d’autres au fur et à mesure). De façon alternée, les joueurs programment leurs actions (sans les résoudre) :

  • Construire une habitation : Pour pouvoir loger de nouveaux membres du clan
  • Créer un objet d’artisanat : les joueurs peuvent fabriquer des objets d’artisanat
  • Se reproduire : Consiste à agrandir son clan par des naissances en veillant bien à les loger et nourrir
  • Récolter des Ressources : Les membres du clan partent en expédition sur le terrain pour récolter des ressources pour les constructions ou trouver de la nourriture
  • Chasser du gros gibier : Plus ou moins difficile à traquer, ils peuvent être chassés pour rapporter de nombreuses ressources, nourriture et les souvenirs d’un exploit retentissant !
  • Peindre la  fresque : si le joueur a chassé précédemment et détient le souvenir d’une chasse, il peut la peindre. Toutes les peintures s’effectuent sur une fresque commune.
  •  Améliorer ses capacités : chaque joueur peut améliorer, contre ressources, ses capacités d’emport, de déplacement depuis le campement ou de production d’outils.
  • Actionner son shaman : le shaman peut réaliser des actions spécifiques uniques comme ordonner la construction d’un lieu de culte, trouver des ressources, peindre plus de fresques, etc
Ressources de Doggerland
Deux tuiles de Doggerland, de la pierre ou du bois. (VISUEL PROTOTYPE)

2/ Phase de Révélation de nouvelles tuiles

Une fois toutes les actions programmées, et avant de les résoudre, les joueurs placent de nouvelles tuiles adjacentes aux tuiles où se trouvent des membres de clan. Cette exploration permettra alors de révéler un territoire qui sera différent entre chaque partie auquel il faudra s’adapter !

3/ Phase de Résolution des actions

De façon simultanée, tous les joueurs résolvent les actions programmées. Les ressources collectées durant le tour peuvent être immédiatement utilisées pour réaliser une autre action (acheter des objets d’artisanats par exemple). C’est là que toute la programmation et les combos devront avoir été minutieusement planifiées !

Pour terminer, les joueurs doivent nourrir leur clan. A défaut, c’est la famine et des PV perdus en fin de partie !

4/ Phase de Migration des animaux

S’il reste des animaux non chassés sur la carte, ceux-ci se déplaceront sur la carte et viendront eux aussi faire varier les ressources disponibles à chaque manche.

5/ Phase de Fin de manche

Cette dernière phase est une phase de nettoyage et de préparation du tour suivant. En particulier, les joueurs peuvent bouger leur campement sur la carte de 2 cases. Le nouvel emplacement peut être décisif pour mettre à portée des ressources nécessaires

Un plateau de clan avec ses différentes zones
Un plateau de clan avec ses différentes zones : à gauche les habitations (ou emplacements disponibles), au centre les 3 capacités à améliorer (la construction d’outil, l’emport de ressources et le déplacement) et à droite la nourriture disponible qui va être périssable ! (VISUEL PROTOTYPE)

A toutes ces mécaniques viennent s’ajouter quelques petites subtilités comme la gestion des saisons. Un tour sur deux se déroule en saison froide, ce qui oblige les joueurs à utiliser des fourrures pour certaines programmations d’actions en extérieur (récolter des ressources, …). Il faut donc anticiper d’un tour sur l’autre et s’adapter en permanence.

Enfin des objectifs intermédiaires qui varient entre chaque partie seront également sources de points de victoire.

Une fois les 8 manches réalisés, les joueurs passent aux décomptes des PV et ils sont nombreux !!

  • 1 PV par meeple du clan
  • PV des tuiles habitats construites (1 ou 3 PV)
  • PV des tuiles d’objets d’artisanat achetées
  • PV des objectifs communs réalisés (être le 1er à améliorer toutes ses capacités, ….)
  • PV des peintures réalisées (chaque peinture rapporte des PV)
  • PV des suppériorités dans les peintutes (chaque peinture est faite sur une ligne; le joueur majoritaire sur la ligne remporte des PV supplémentaires)
  • PV des actions du shaman (avoir construit des dolmens, ….)

Le joueur avec le plus de PV remporte la partie !

Doggerland : la fresque à peindre
La zone de peinture avec la fresque à peindre. 3 lignes sont accessibles avec un jeu de majorité sur chaque ligne en plus des PV de chaque peinture ! (VISUEL PROTOTYPE)

L’avis du Meeple Reporter

Doggerland est un subtil jeu de placement d’ouvrier et de gestion de ressources. Simple, les règles sont accessibles et une fois passé la 1ère manche, les mécaniques sont bien en tête. Il est probable que les débutants chercheront au départ à « survivre » (entendre récolter assez de nourriture pour nourrir le clan) pendant quelques tours avant de réussir à mettre en place une stratégie. De toute façon, il saura impossible de tout réaliser et il faudra choisir la/les piste(s) privilégiée(s) en fonction des autres joueurs, du terrain découvert et des ressources disponibles et nécessaires par rapport à sa stratégie.

Bien qu’encore en phase de développement, Doggerland s’annonce très prometteur. La patte artistique est déjà très jolie et ergonomique, rendant le titre très lisible du premier coup d’œil. Une très jolie découverte !

Hâtes de pouvoir y rejouer et de prendre ma revanche contre les auteurs de ce jeu !

Page facebook de Doggerland pour suivre toute l’actualité !

Super Meeple

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.